UMR CNRS 5805 EPOC
Environnements et Paléoenvironnements
Océaniques et Continentaux
EPOC
Université de Bordeaux  CNRS  EPHE  OASU

English Version
 
AccueilEvénementsRecrutementsAccèsLiensPlan du Site
 
> Evénements > Informations Retour
Valid XHTML 1.0 Transitional

Valid CSS!
Consignes de Sécurité et Numéros d'Urgence
(à l'usage des personnels du laboratoire)
Séminaire


Interaction tectonique-sédimentation dans le rift de Corinthe, Grèce. Apports de l'étude de l'architecture stratigraphique des corps sédimentaires

Date
le 03-03-2011 à 13:45

Lieu
Salle Stendhal, DGO, Bâtiment B18

Intervenant(s)
Nicolas BACKERT, Université des Sciences et Technologies de Lille 1, Laboratoire Géosystèmes, FRE 3298 du CNRS, Cité Scientifique de Villeneuve d'Ascq

Résumé
Le rift de Corinthe (Grèce) est la zone en extension la plus active d'Europe. Il s'agit de présenter l'interaction entre tectonique et sédimentation sur un bloc de faille, d'une largeur de 6 km et d'une superficie d'environ 130 km2, sur la côte Sud du rift de Corinthe.
Le réseau de failles normales est composé de failles majeures (rejet vertical > 1000 m), d'orientation ONO-ESE et de failles mineures synthétiques, antithétiques ou obliques (150 m < rejet vertical < 1000 m). La stratigraphie synrift Plio-Pléistocène est divisée en trois groupes stratigraphiques (inférieur, moyen et supérieur), représentant une épaisseur maximale de 1620 m. Les dates proposées proviennent de corrélations latérales. Le Groupe inférieur (3,6 à 1,5 Ma) est composé de sédiments fluvio-lacustres, le Groupe moyen (1,5 à 0,7 Ma) comporte les Gilbert deltas géants et leurs faciès fins associés, le Groupe supérieur (0,7 Ma à l'actuel) est formé de Gilbert deltas récents à actuels ainsi que de formations superficielles. Le Groupe inférieur correspond à l'initiation de l'activité tectonique et les groupes moyen et supérieur à l'accroissement de cette activité. La surface supérieure de l'Unité du prérift présente une paléotopographie héritée de la structuration de la chaîne de montagnes des Hellénides (Oligocène-Miocène). La phase d'extension précoce (Groupe inférieur) est caractérisée par une très faible subsidence assurée par l'activité précoce de la faille de Pirgaki, ainsi que par des failles mineures. La transition avec la phase d'extension principale (Groupe moyen) est marquée par un approfondissement du bassin ainsi que par une augmentation du taux de subsidence, en raison de la connexion de segments de faille par une faille transverse. La phase d'abandon et de soulèvement du bloc (Groupe supérieur), marquée par le soulèvement du «footwall» de la faille d'Helike, est caractérisée par trois évènements de creusement-comblement.
La présentation des apports de l'étude de l'architecture stratigraphique des corps sédimentaires est illustrée par l'étude d'un Gilbert delta, d'une échelle quasi-sismique, compris dans le Groupe moyen. Le delta de Kerinitis est un Gilbert delta dérivé du «footwall» de la faille de Pirgaki et dominé par les conglomérats. Il présente un rayon de 3,8 km et une hauteur minimale de 600 m. Il se serait déposé en 500 ou 800 ka dans la période Pléistocène inférieur-Pléistocène moyen, en milieu marin. La sédimentologie de ce delta a été décrite en détail. Les dix-neuf faciès décrits caractérisent un large éventail de processus sédimentaires, depuis un environnement continental fluviatile vers le domaine marin profond, où dominent les processus gravitaires et de décantation. L'architecture stratigraphique (les géométries) et la répartition spatiale des faciès du Gilbert delta de Kerinitis apportent des informations précises sur les variations du taux de création d'espace d'accommodation (A) pendant la période de dépôt de cet édifice. Il a été possible de contraindre l'influence relative (approche qualitative, utilisant le rapport A/S, S représentant le flux sédimentaire) des paramètres majeurs que sont la subsidence tectonique et l'eustatisme sur l'architecture stratigraphique. Un modèle d'évolution de ce delta en quatre étapes est proposé. Ces étapes sont reliées à l'initiation, à la croissance et au blocage brutal des failles limitant le delta, ainsi qu'au signal eustatique. Une surface d'érosion majeure, incisant le delta sur 120 m, d'origine sous-marine (canyon ou déstabilisation gravitaire) a été identifiée au sein du delta. L'interprétation des surfaces d'érosion montre qu'elles représentent des phénomènes mineures et autocycliques qui postdatent les périodes d'augmentation de A.

Mots clés
Rift de Corinthe – Interaction tectonique-sédimentation – Bloc de faille – Stratigraphie synrift – Sédimentologie de faciès – Architecture stratigraphique – Tectonique – Eustatisme
UMR CNRS 5805 EPOC - OASU - Université de Bordeaux
Allée Geoffroy Saint-Hilaire - CS 50023 - 33615 PESSAC CEDEX - FRANCE
Fax : 0 (33) 5 40 00 33 16
| Dernière mise à jour : 16 Mai 2019 | Contacts | Mentions Légales | © 2006-2019 EPOC |